Image de soi : comment l’améliorer ?

 

 

 

 

 

Pour savoir comment l’améliorer, si nous commencions par nous poser la question : Qu’est-ce que l’image de soi ?

Pour répondre à cette question, nous vous proposons une exploration du concept de «Soi» pour l’étendre ensuite à «l’image de soi» :

W. James (1890-1963) parlait déjà d’un «Soi» (ou «Moi») empirique (Empirical Self or Me), «objet de connaissance», qui serait synonyme du concept de Soi (Self Concept) : Le soi en tant qu’objet, renvoie à la connaissance et à l’évaluation de soi, c’est à-dire à la connaissance que nous avons de nous-mêmes, « analogue dans son principe à la connaissance que nous avons d’autrui ».

Pour Herbert Mead (1863-1931) le «Soi» émerge du passé, de l’interaction avec autrui, il a une fonction dans le présent que nous pouvons qualifier «d’ajustement» à une situation donnée et il a aussi le pouvoir de transformation dans le futur, dans la mesure où de cet ajustement surgit la nouveauté. Ainsi, Mead fait-il de l’environnement social le noyau de la construction de la conscience de Soi (Self).

Par ailleurs, nous pouvons observer qu’aux Etats-Unis, le concept de «Self» (Soi) est beaucoup plus employé, alors qu’en Europe,  il est plus usuel de parler «d’identité»

D’après S. Moscovici (1994) : «l’Image de soi est l’ensemble des idées qu’un individu a sur lui-même, y compris sur son rôle (métier, classe sociale, etc.), ses traits de caractère et son corps»

Les deux axes en réponse à notre question :

1. l’axe individuel ou concept de «Soi» avec des singularités que la personne s’attribue et qui lui permettent de se dire et de montrer qui elle est.

2. l’axe social régi par des «normes» qui se manifeste dans les rôles auxquels la personne se conforme pour répondre aux attentes des membres d’un groupe social spécifique ou d’une situation particulière, mais aussi comme expression volontaire d’une appartenance à un groupe social.

Il s’agira donc de découvrir qui l’on est pour soi-même et pour les autres, et qui sont les autres pour soi. Ensuite pour améliorer l’image de soi, c’est à dire la faire progresser, parfois la dompter, la retoucher ou la restaurer, la personne se reconnaîtra en tant que sujet distinct, unique, ayant ses propres besoins et des capacités personnelles de penser et agir en toute indépendance et ce, malgré une pression extérieure de mise en conformité au «cadre»

Test des 9 points 

Amusez-vous à relever le défi du test des 9 points et sortez du cadre !

⇒ Reliez les 9 points avec seulement 4 lignes droites et sans lever votre crayon.

Cliquez ici pour vérifier la solution. 

Image de soi : comment s’accepter ?

L’image de soi est d’abord une histoire entre moi et moi, un entre soi personnel, intime. Chercher à accepter l’image de soi est un pas vers l’authenticité. La philosophie définit l’authenticité comme une «vertu par laquelle chaque individu exprime avec sincérité et engagement ce qu’il est profondément». Il peut-être difficile d’être authentique avec soi, de s’accepter tel que l’on est, tel que l’on devient !

L’image de soi est le reflet de soi dans un miroir. Comme Narcisse qui découvre son image dans le reflet de l’eau, ce reflet nous attire, nous est insupportable, agréable, mais jamais indifférent ! Nous lui ferions bien quelques retouches… (ou pas !) et vous ?

Développer son potentiel à Etre 

Travailler à l’amélioration de l’image soi, c’est s’autoriser à être soi-même, à s’aimer tel que l’on est et ainsi développer son potentiel à Etre. Le coaching devient alors un sésame pour travailler l’image de soi et ainsi développer la confiance en soi et l’estime de soi. Véritable miroir de la personne accompagnée, le coach, en mobilisant sa qualité d’écoute de l’Autre et des outils adaptés, accompagne la personne coachée à prendre conscience de ses atouts, de ses forces, de ses croyances limitantes. Le cadre du coaching garantit la confidentialité nécessaire à un travail sur soi, tout comme l’éthique du coach fait qu’il accueille la personne coachée telle qu’elle est l’accompagne grâce à un processus de développement vers ce qu’elle souhaite devenir.

Apprendre à mieux se connaitre 

Chacun peut apprendre à mieux se connaitre, par exemple à l’aide d’un profil comportemental ou en revenant aux sources de sa personnalité avec des outils tels que le DISC, la Process Communication, l’Ennéagramme ou le MBTI. Comme une «photo de soi» prise sous un angle vue et dans une situation donnée, ces outils sont de magnifiques sources d’informations, mais demandent à être étudiés aux côtés d’un professionnel formé à leur utilisation et qui saura vous apporter le questionnement nécessaire pour en éclairer les résultats avec vous.

Le Personal Branding peut aussi permettre de mieux se connaitre.  Il s’agit d’un processus d’éclosion et de mise en visibilité d’une marque personnelle, qui va au-delà de l’image de soi, mais qui apporte de par les prises de consciences de ses forces, de ses valeurs, une ré ou appropriation de ce qui fait sa spécificité.  L’acceptation de son image s’en trouve facilitée et valorisée.

Se voir vieillir 

Il peut sembler difficile, voire douloureux d’accepter l’image de Soi comme pour Dorian Gray, héros du roman du roman d’Oscar Wilde ( «le portrait de Dorian Gray» Oscar Wilde 1891). Dorian Gray, jeune dandy à la beauté exceptionnelle refuse de se voir vieillir. Aussi, il commande à un ami peintre un portrait de lui qui vieillira et portera «le fardeau des passions et des péchés» alors que Dorian Gray gardera toujours son éclatante beauté. Des années plus tard, Dorian Gray ne supportant plus ce portrait qui n’est plus lui, lacère le tableau et retrouve les traits du vieillard qu’il est devenu alors que portrait reprend son éclat originel.

Lien entre image de soi et estime de soi

Will Schutz, dans  l’Elément Humain, propose de développer l’estime de Soi. Il détermine l’estime de soi en grande partie par l’écart entre une identité présente «la personne que je suis» et une identité désirée «la personne que je souhaite être». A la base de l’estime de soi, il y a l’appréciation de sa propre valeur et la reconnaissance lucide (avec ses qualités et ses défauts) que nous sommes quelqu’un d’important, aimable et de capable. Augmenter son estime de soi revient à faire une description précise et claire de soi, une description authentique.

L’honnêteté à soi-même c’est aussi partager avec autrui ce dont nous sommes conscients. La qualité de notre relation à l’Autre, de notre communication dépend donc du degré de conscience de soi-même. L’image de Soi est aussi construite de ce que les autres m’ont transmis et de ce que je donne aux autres. Sans altérité, l’identité n’existe pas. L’image de soi, serait-elle une histoire autobiographique ? Une projection de qui nous sommes ? De comment l’Autre nous perçoit ?

Quiz sur l’image de soi

⇒ cliquez-ici 

Image de soi : comment se faire accepter ?

C.G.Jung (1875 – 1961) parle de La persona et la définit comme suit :  «la persona est ce que quelqu’un n’est pas en réalité, mais ce que lui même et les autres personnes pensent qu’il est». Le mot persona vient du latin et désigne aussi le masque porté par les acteurs de théâtre. La persona serait donc ce masque entre la personne et la société, que nous portons dans le théâtre de la vie !

Donald Woods Winnicott (1896 – 1971) introduit le notion de «Self» avec le Vrai-Self et Faux-Self. Le Vrai-Self quand la personne a intégré les exigences instinctuelles (avec une notion de spontanéité dans la relation), et le Faux-Self comme adaptation à l’environnement. Qu’en est-il quand le Faux-­Self a entièrement recouvert la personnalité ? Le Vrai-­Self est totalement dissimulé aux autres ! Une sur-adaptation de la personne qui souffre de la situation qu’elle subit en société. Un «camouflage» souvent adopté en cas de douance. En effet, l’incompréhension de leur fonctionnement les amène souvent à se sur-adapter pour se fondre dans la masse et tenter de passer inaperçu. C’est ainsi qu’ils s’éloignent de ce qu’ils sont vraiment, jusqu’à douter de qui ils sont vraiment. Le faux-self devient omniprésent, avec une sensation d’imposture et progressivement un grand vide qui envahit chaque instant de leur vie.

Les six types/profils de surdoués, par Betts & Neihart :

  1. L’élève modèle, le bon élève, qui réussit (Successful)
  2. Le challenger à la pensée divergente,le provocateur (Challenging, divergently gifted)
  3. La crypto-sudouée, la clandestine, la surdouée honteuse de l’être (Underground)
  4. Le flancheur, le marginal, celui qui laisse tomber, lâche prise (Dropout)
  5. L’élève perturbé par un handicap physique, émotionnel et/ou un trouble de l’apprentissage, l’élève à double casquette (Double-Labeled)
  6. Le travailleur autonome, l’indépendant (Autonomous learner)

Lisez notre article accompagnement haut potentiel (HP) pour aller plus loin sur la compréhension d’une personne dite atypique et découvrir quelques astuces.

Exercice de visualisation 

En guise d’exercice pour vous-même, nous vous proposons de vous installer confortable, de fermer les yeux et de visualiser un pont entre deux rives. D’un côté sur une des rives, se trouve votre Etre intime authentique et de l’autre, votre «avatar» qui se montre masqué pour aller à la rencontre de l’autre. Voyez ce pont dans tous ses détails, sa matière, taille, forme et ses couleurs. C’est votre pont et il est là pour vous permettre d’aller et revenir en toute sécurité, dans un environnement écologique, qui vous permet de vous adapter sans vous oublier, de vous accepter sans vous nier, de vous aimer sans vous isoler. Découvrez les sensations que procure cet état d’Etre, observez sans juger, appréciez sans vous déprécier.

On ne peut pas plaire à tout le monde !

Alors, bas les masques inadaptés ! Retour à une authenticité assumée grâce à une restauration de l’estime de soi et de l’image de soi. Mais ne reste-t-il pas une zone inexplorée. Le 4ème cadran de la fenêtre de Johari nous indique cette «zone inconnue» où se niche «ce que ni moi, ni les autres connaissons de moi».

La philosophie du yoga considère que nous sommes constitués de trois enveloppes que nous appelons les koschas : le corps physique, le corps de l’énergie et des émotions et le corps du mental. De son côté, la physique quantique nous explique que nos cellules sont constituées de matière et majoritairement d’énergie. Ne dit-on pas «le courant passe entre nous» ? Ou bien il ne passe pas !

Autrement dit, notre corps dégage à notre insu, «ce quelque chose» que nous ne pouvons contrôler et qui parle de nous. Et si nous nous intéressions quelques instants, à notre corps, comme vitrine de l’image de soi…et peut-être plus encore. Grâce à nos 5 sens (le toucher, l’odorat, le goût, l’ouïe et la vue), nous envoyons à notre cerveau et à notre système nerveux des informations qui vont générer des actions ou des réactions.

Il est maintenant admis que nous développons d’autres sens. Selon le Larousse médical, la sensibilité proprioceptive complète les sensibilités intéroceptive (qui concerne les viscères), extéroceptive (qui concerne la peau) et celle des organes des sens. Elle permet d’avoir conscience de la position et des mouvements de chaque segment du corps (position d’un doigt par rapport aux autres, par exemple) et donne au système nerveux, de façon inconsciente, les informations nécessaires à l’ajustement des contractions musculaires pour les mouvements et le maintien des postures et de l’équilibre. »

De la même façon, nos ressentis corporels nous renseignent sur nos émotions vécues. Les émotions parlent de nous, nous renseignent sur ce qui nous fait peur, ce qui nous met en joie, ce qui nous dégoûte, ce qui nous rend triste, ce qui nous surprend. Elles sont aussi perçues par les autres, indépendamment de notre volonté. Etre attentif à nos émotions, les accueillir participe à une meilleure connaissance de soi. C’est un pas de plus vers cette l’expression authentique de soi, vers une image de Soi plus juste. Lisez aussi notre article sur l’intelligence émotionelle pour aller plus loin sur ce sujet.

Par exemple, la Programmation Neuro Linguistique (PNL) lorsqu’elle est utilisée pendant un coaching contribue à mieux identifier ses émotions, à les comprendre, à les vivre. C’est une approche qui permet à la personne coachée de mieux se connaitre. Notre corps nous parle avec nos ressentis, nos émotions. En étant attentif à ces manifestations corporelles, nous apprenons sur nous. Ainsi, nous pouvons dessiner une image de soi plus ajustée, plus alignée avec qui nous sommes vraiment. La relation à l’Autre s’en trouve facilitée.

Faisons de notre corps et de ses ressentis un allié de notre mental pour une meilleure connaissance de soi et une représentation plus en vérité de notre «image de soi». Lisez aussi notre article : la meilleure version de vous  ! et pour finir, posez-vous la question : Est ce que ce que je crois de moi me rend heureux ?

Citations, livres, contes et films sur l’image de soi

«Lorsqu’il n’y a pas d’ennemi à l’intérieur, les ennemis de l’extérieur ne peuvent pas t’atteindre» un inconnu

«L’authenticité, c’est d’être le même à travers toutes les situations, un projet unique» Jean-Paul Sartre

«Dans la vie on a toujours le choix. Aimer ou détester. Assumer ou fuir. Avouer ou mentir. Etre soi même ou faire semblant» Nelson Mandela

«Ce que l’on a ou ce que l’on représente importe beaucoup moins que ce que l’on est.» Schopenhauer

Films et livres :

  • Bagger Vance
  • Salle môme
  • Le discours d’un Roi
  • Sir Arthur Conan Doyle – Le monde perdu. 1912
  • Le portrait de Dorian Gray – roman d’Oscar WILDE

Contes et fables :

  • La jarre abîmée (conte indien)
  • La grenouille et le bœuf (Fable de La Fontaine)

Article rédigé par Catherine Voisin et Marie-Blanche Pennington

Sources :

Site web Collectif hp 

Cette publication fait suite à une réflexion menée en intelligence collective au sein du réseau Co&axial. Nous remercions chacun des membres ayant participé à cet échange, pour leur généreuse contribution.

Par ordre alphabétique :

Estelle BÉGUIN, Julieta BIVIO, Isabelle CHARLES, Nathalie CORTI, Fabienne DELLA NAVE, EMILIE DEPOUX, David DEWEZ, Nadine FAINSILBER, Christine GODARD, Sandra HENRIQUE, Bruno MARTINEZ, Sandrine RICCIARDO, Jessica RIVIERRE, Paola SPAVENTA, Laurence VEAUVY, Catherine VOISIN et votre serviteur, Marie-Blanche PENNINGTON

 

 

 

2020-07-13T13:43:40+02:00
%d blogueurs aiment cette page :