Repenser le travail individuel comme une “œuvre” personnelle

La place du travail individuel dans notre vie

Article rédigé par Ingrid Bertina-LeguayCéline Vilbert  Jessica Rivierre

A toute époque – et surtout dans notre monde contemporain – le travail a une place très importante dans la vie de chacun. 

Pour nos ainés, le travail était avant tout une nécessité et se devait d’être en adéquation avec la force physique puisqu’il s’agissait essentiellement d’un travail de corps. On travaillait pour répondre aux besoins primaires de sa famille, aussi bien physiologiques (pouvoir manger) que sécuritaires (avoir un toit). Le tout dans un rapport au temps cyclique : tout ce qui était produit était consommé.

Petit à petit, la société ayant évoluée, l’homme a glissé vers une recherche de sens. Le travail devient alors non seulement un apport matériel mais aussi une œuvre dans laquelle on s’épanouit et on se réalise.  On fait émerger nos talents par la création ; on en vient à fabriquer à partir de nos tripes. Comme le décrit Hannah Arendt dans The Human Condition, l’être humain cherche à s’accomplir pleinement dans la vita activa,  comme dans la vita contemplativa avec désormais une volonté de trouver et de laisser une empreinte personnelle dans notre action. 

Trouver le travail individuel qui nous donne envie de nous lever le matin 

Se pose alors la question de sa vocation. Quel sens donner à cette œuvre que je peux façonner ? 

Nous avons désormais besoin de nous sentir investis et heureux dans notre travail.

Aujourd’hui, nous expérimentons une sensation inconfortable de vide. Il y a quelques décennies, la religion et la spiritualité tentaient de remplir ces espaces de doutes personnels. De nos jours, nous avons en effet besoin de quelque chose de plus. Cette quête de sens donne vie à notre motivation intrinsèque. A partir du moment où nous avons un objectif, une raison d’être, une passion et un fil conducteur nous permettant de suivre nos rêves, nos valeurs et notre détermination ; tout change ! Cependant, comment y parvenir ? 

Et si vous commenciez dès à présent à vous questionner pour approcher votre vocation ?

Le coaching pour construire son œuvre personnelle

La recherche de sens suppose un travail en introversion, de nous accorder du temps de qualité pour penser différemment, être créatifs, innover, … C’est là que le coaching trouve toute sa place. 

Le coach va alors – à travers son questionnement – vous guider pour toucher du doigt ce qui vous anime, ce qui fait que profondément vous êtes-vous. Vous êtes amené à définir vos valeurs, votre socle, le squelette psychique qui vous maintient en équilibre. 

Trouver vos appétences ou à l’inverse vos aversions ; prendre conscience de vos talents, c’est-à-dire les choses que vous faites naturellement bien. Trouver votre IKIGAI, ce qui est votre raison d’être ; à la croisée de ce qu’on aime, ce pour quoi on est doué, ce qui répond aux besoins du monde et ce pour quoi on peut être payé.  

Il s’agit de répondre au plaisir de voir s’exprimer votre potentiel et pour vous de trouver la profession qui sera désormais une activité-passion. 

Forger son œuvre individuelle à travers son IKIGAI, qu’est-ce que c’est ? 

A partir de quelle matière développer son œuvre personnelle ?

Vous ne naissez pas le jour où vous commencez à travailler. Votre vie se construit tous les jours et ce depuis votre conception. D’ailleurs parfois certains ont eu des regrets : ‘s’il ne s’était pas passé ça dans ma famille j’aurais fait telles études’, et si et si. 

L’endroit où vous en êtes aujourd’hui a été construit à partir des expériences que vous avez vécues. 

Imaginez que votre enfance est la matière qui vous a permis de démarrer votre œuvre. 

L’un a eu de la pâte à modeler, alors il a commencé par créer des maquettes, puis est devenu architecte, un autre a eu du bois, est devenu menuisier puis a créé son entreprise de meubles en bois exotiques, celui qui a eu du tissu a peut-être d’abord fabriqué une besace pour ensuite créer des cornemuses. Et en même temps une autre personne avec la même matière serait devenue professeur, bucheron ou couturier.

Notre cheminement est très intérieur dans notre évolution. Nos décisions et notre fabrication dépendent de ce que l’on aime, de ce qui nous anime, du temps que l’on y consacre. En fonction des rencontres que l’on provoque, notre œuvre va prendre des formes différentes.  Chaque domaine de vie se travaille, s’affine, se cisèle. Il arrive que l’on se trompe et c’est l’occasion de tester, de déconstruire pour mieux se révéler. 

Même un jardin à l’anglaise, sous ses airs irréguliers est étudié, l’équilibre des volumes est travaillé, la variété et l’harmonie des couleurs et des matières végétales est recherchée, chaque saison est pensée.

Votre œuvre personnelle se façonne de la même façon. En prendre conscience vous donne plus de possibilités. Vous êtes le maître d’ouvrage, le maître d’œuvre de votre vocation individuelle. Vous êtes le créateur, le cultivateur de votre vie personnelle et professionnelle. A vous de décider, en fonction de ce que vous ont donné vos aînés, de ce que vous décidez de garder, ou de laisser derrière vous, de ce que vous avez acquis et de ce que vous avez déjà fabriqué et de la trace que vous voulez laisser.

Voyez, lorsque vous changez quelque chose dans votre environnement (déménagement, amis, activités extra professionnelles…etc) alors vos comportements se modifient, ce qui fait que vous apprenez de nouvelles choses et que vos capacités évoluent. Cela vous autorise à croire à de nouvelles perspectives et à voir le monde autrement. Et parce que vous évoluez, votre entourage change également.

Ainsi vous avez la possibilité par votre implication et votre persévérance de transformer votre façon d’être pour trouver votre juste place, ceci que ce soit dans votre vie personnelle ou professionnelle. 

Exposer son œuvre personnelle

Votre œuvre une fois réalisée est connue exclusivement de vous ou de votre cercle social et familial proche. Arrive alors l’étape de l’exposition de votre œuvre et de vos savoir faire aux yeux de tous. L’ouverture de notre création à un cercle de plus en plus large comble le besoin élémentaire des individus : le besoin de reconnaissance. 

Selon la théorie de Honneth, la reconnaissance participe à la façon dont l’individu se rapporte positivement à lui-même. La reconnaissance par autrui conditionne le « sentiment subjectif de légitimité » en autre terme l’assurance que vous pouvez avoir en vous-même de vos contributions. Le recherche de la légitimité dans le domaine du travail est rattachée à l’estime sociale conférée par la société, les pairs ou notre hiérarchie. La reconnaissance mutuelle de notre œuvre individuelle rend alors possible le rapport positif à soi et participe à l’estime de soi. Nous nous voyons ainsi comme un être compétent, capable et dont l’activité est socialement dotée de valeur. 

Vivre de son œuvre personnelle

En tant que créateur de votre œuvre, vous avez la possibilité pleine et entière de l’exploiter.  Le Code de la propriété intellectuelle légifère les droits de tout auteur d’exploiter son œuvre sous quelque forme que ce soit et d’en tirer un profit pécuniaire (CPI, art. L. 123-1). Le coaching est votre allier pour réaliser une promotion efficace de votre travail individuel, faire connaître votre œuvre et vous donner la possibilité d’en vivre. 

Pour travailler votre marketing personnel, l’image de soi et insuffler plus d’envergure à votre travail individuel, manager vos compétences, vos valeurs, savoir comment vous démarquer de vos concurrents et prouver la valeur ajoutée de votre œuvre.

Pour prendre en main votre communication orale, écrite ou numérique (Site Internet, Blog, Youtube, Instagram …) : apprendre à pitcher, faire des conférences, l’art de la prise de parole en public ou en vidéo, savoir se présenter et présenter son œuvre pour devenir porte parole de son travail individuel. 

Pour développer votre réseau professionnel / personnel : tous les moyens sont bons, physiques ou virtuels, réseaux professionnels généraux et spécialisés, échanger des méthodes pour exposer et vendre votre travail individuel. 

Faire évoluer son œuvre personnelle par l’action et l’innovation

Il est temps à présent comme exposé par Hannah Arendt dans The Human Condition, de se tourner vers l’action, de créer la relation avec autrui en trouvant une place pour son œuvre au sein d’un collectif. Le travail en intelligence collective va donner une approche sociétale à son travail individuel. Cette contribution à l’intérêt collectif apporte une mission à votre œuvre et répond ainsi à votre quête de sens. Comme pour l’histoire de la lignée humaine, votre œuvre va pouvoir suivre un processus évolutif fait de changements et nourrie d’innovations.

Sources :

Cette publication fait suite à une réflexion menée en intelligence collective au sein du réseau Co&axial.  Nous remercions chacun des membres ayant participé à ces échanges, pour leur contribution.

Par ordre alphabétique :

Ingrid Bertina-Leguay, Isabelle Charles, Nathalie Corti, Émilie Depoux, Catherine Estadieu-Grabowski, Cyril Montero, Marie-Blanche Pennington, Jessica Rivierre, Paola Spaventa, Marie VAZ, Laurence Veauvy et Céline Vilbert

Lire d’autres articles : 

2020-10-16T12:32:27+02:00